Nephilim le Jeu de l’Occulte Contemporain

Accueil du site > Background > Les Sociétés Secrètes > Les Arcanes Majeurs > 13 > L’Arcane sans nom

L’Arcane sans nom

mercredi 31 octobre 2007, par Didier


Les Adoptés de l’Arcane sans Nom ont une désignation qui fait frissonner les Nephilim : les Selenim. Leur nature de créatures de la Lune Noire leur accorde de la part de leurs cousins au mieux une neutralité méfiante, au pire une haine belliciste qui mène à la condamnation à mort sans autre forme de procès. Bref, la famille Nephilim est une famille avec des lourds secrets et des branches éloignées très peu fréquentables.

L’essentiel de l’histoire de cet Arcane maudit se construisit à travers complots et massacres. Les chroniques de la Mort furent très mouvementées et restent un secret très peu connu des Nephilim, trop horrifiés par les rumeurs qui courent sur les Selenim.

L’Arcane est dirigée par un conseil qui essait de faire revivre une Mort en convalescence. Son principale soucis est le Culte de Lilith, un groupe de Selenim dissidents qui ont pris une telle importance qu’ils semblent être en mesure d’éclipser l’Arcane. En pleine restructuration, l’Arcane n’est pas réellement très représentative du monde des Selenim.

Pour intégrer l’Arcane, il faut être ou devenir un Selenim, c’est à dire délaisser totalement sa nature de Nephilim. Autant dire que la transformation est loin d’être un amusement et qu’elle a tout du supplice. Le monde de la Lune Noire a ses lois propres et constitue un monde à part entière.

Contacts

Saabadon
Aonaï-Ygvar
Lalrelæl

Documents joints

2 Messages de forum

  • Histoire de l’Arcane XIII

    7 mai 2008 12:06, par Didier

    Tout commença après la chute de l’Atlantide, au moment où les glaives prométhéens traquaient et détruisaient les néphilim. Un groupe de néphilim, menés par Lilith, accepta de se transformer, convertissant leur Ka-éléments en Lune Noire. Le processus fit d’eux des monstres instables, oscillant entre vie et mort, mais les rendant invulnérable à l’orichalque, et leur permit de faire basculer le cours de la guerre.

    Au cours des siècles suivants, les Selenim apprirent à maîtriser leurs pouvoirs. A cette époque, les Maudits, créatures individualistes entre toutes, ne reconnaissaient d’autres autorité que Lilith.

    Tout changea avec Akhénaton, après que le pharaon eu rendu visite à Lilith. Au retour de sa quête, il forgea une lame de basalte ; laquelle après plusieurs siècles fut remise à Lilith à Babylone.

    De Babylone à Carthage
    A partir de l’an 1000 av. JC, et pendant environ quatre siècles, Lilith conserve la lame, et commence à jeter les base d’un arcane ressemblant à ses homologues néphilim. On voit apparaître une structure forte, centralisée, dotée de missions bien définies. Etrangement, elles sont plus politiques que mystiques. Lilith elle-même se voit comme une prêtresse, voire une déesse, mais l’arcane qu’elle a crée se consacre essentiellement à entretenir de bonnes relations avec les néphilim, à empêcher les sociétés secrètes humaines de prendre pied dans le croissant fertile, et à servir de « juge de paix »entre les Selenim eux-mêmes.

    La manière que Lilith avait de gérer l’arcane ne plaisait pas à tous ses sujets. Une faction, de plus en plus nombreuse au fur à mesure que les siècles passaient, estimait que la lame recelait une multitude de secrets mystiques, et que la Reine des Ténèbres n’avait pas le droit de les confisquer à son profit.
    Vers 650 av. JC, les mécontents se trouvèrent un chef en la personne de Baal. Ce jeune Selenim exerçait une grande influence sur le peuple phénicien. Avec d’autres mécontents, il parvint à pénétrer dans le Royaume de Lilith et à s’emparer de la lame. Ensuite, face à la colère de sa Reine, il prit la fuite en compagnie d’une partie de son peuple. Des nefs, parties de Tyr et de Sidon, abordèrent aux confins du monde, et fondèrent une nouvelle cité : Carthage.

    Pendant cinq siècles, l’histoire mortelle de Carthage sert de toile de fond aux recherches de Baal. C’est à cette époque que l’arcane se détourna définitivement des néphilim, et se concentra sur la kabbale et la nécromancie. La destruction de Carthage par les armées romaines, en 146 av. JC, est un épisode de luttes entre humains, pas un événement occulte. Elle eut toutefois de profondes répercussions : l’arcane était privée de son chef, de ses ressources, d’une source constante de Ka-soleil et surtout de sa lame.

    Un nouveau cycle
    L’exil du nouveau Sombre Souverain à Rome marque le début du retour de la Mort dans la danse mortelle des sociétés secrètes. Jusqu’aux grandes invasions barbares, les Sombres Souverains successifs se consacrèrent à la création d’un réseau d’hermétiques et de relais disséminés dans tout le monde civilisé, ainsi qu’à la destruction des « concurrents » manipulés par les Mystères et le néphilim.

    Le bilan de cette période est vite fait : leurs plans à court terme furent un échec total...Rome tomba...mais le Selenim établis aux quatre coins de l’empire restèrent en place, les papes et les califes ménagèrent une place de choix au créatures des ténèbres malgré l’implantation de nouvelles religions.
    Les Sombres Souverains s’exilèrent à Byzance. Au XIe siècle, des émissaires partirent aux quatre coins du monde pour retrouver les Selenim dispersés après la chute de Rome. En 1153, le Sombre Souverain Baal-Hammon proclama, dans un document resté célèbre, que « d’un bout à l’autre de l’univers, tous les être de Lune Noire se tournaient vers l’arcane, cherchaient refuge sous la faux de la Mort, et se préparaient à ouvrir une nouvelle ère ». cette brève apogée ne dura que jusqu’en 1204. Cette année-là, la quatrième Croisade détruisit l’empire byzantin. Rétrospectivement, du point de vue d’un historien des conspirations, l’affaire ne pose pas de difficultés : c’étaient la vengeance des fidèles de Lilith patiemment préparée depuis le vol de la lame.

    Comprenant que Byzance était une cause perdue, le Sombre Souverain et ses acolytes s’exilèrent en Occident. Du XIIIe au XVe siècle, Paris fut la capitale d’un arcane affaibli, humilié, mais encore redoutable.

    La chute de l’arcane
    Le culte de Lilith commence à faire parler de lui en 1204. Ce groupe d’anciens Selenim, pour la plupart originaires du Moyen-Orient, avait développé une « religion » autour de la fondatrice de leur espèce. Leurs dogmes se résument à peu de choses, toutefois. Une fois ôtés tous les oripeaux théologiques, il ne reste qu’un fond de cupidité » : »du Ka-Soleil pour les représentants de la déesse ».

    Bien entendu, l’arcane fondée par des « voleurs impies » étaient la première de leurs cible. Les escarmouches se multiplièrent et le Sombre Souverain fit une dernière tentative pour récupérer la lame. Ce fut un échec. Pendant un siècle, l’arcane tint tant bien que mal. La grande peste des années 1350 marqua le début de son déclin. Les nécromants du culte étaient infiniment plus puissants que ceux de l’arcane. La lutte, mort contre mort, Sans Repos contre Sans Repos, dura encore soixante ans. En 1422, le Sombre Souverain Baal-Shubub s’immola, pour être remplacé par une marionnette du culte.

    L’arcane XIII ne fut plus, pour cinq siècles et demi, qu’une coquille vide. Les Enfants de Lilith nommaient les Sombres Souverains, signaient les décrets en leur nom, déplaçaient à leur guise le siège de l’arcane ( à partir du XVIIIe siècle, ce fut Venise). Toutes sortes de légendes terribles commencèrent à circuler dans la société néphilim à propos du culte et de ses crimes. La plupart étaient vraies...une poignée de Selenim se voua corps et âme au culte de la déesse, mais la plupart se contentèrent de prendre leur distance.

    ...sa mort...
    La situation resta figée jusqu’à la fin du XXe siècle. Le dernier Sombre Souverain, Baal-Jeort, voyait loin il commença, tout doucement, a préparer la révolte de l’arcane. un Royaume clandestin fut crée à Paris, les Herméthèques furent soigneusement dégarnies de leurs textes les plus intéressants, d’anciens rituels furent exhumés. Le culte le prit de court. Au cours d’une nuit mémorable, à Venise, les Enfants de Lilith annoncèrent que « la Mort était morte ». l’arcane était dissoute. Partout dans le monde, ses dirigeants furent exécutés par des créatures aux ordres du culte. Baal-Jeort fut sacrifié à Lilith. Ensuite, les dirigeants du culte se préparèrent à commettre le crime ultime : assassiner la déesse pour que son Ka de Lune Noire inonde la Terre.

    ...et sa renaissance
    C’est à ce moment que la lame refit surface, aux mains d’un groupe de jeunes Selenim qui détenaient également le Livre Interdit, un recueil de textes et de rites compilés par Baal-Jeort.

    Les porteurs de la lame déjouèrent les plans des Enfants de Lilith. Peu après, au cours d’une cérémonie dans les ruines de Babylone, ils furent acclamés Princes de l’arcane par la majorités des Selenim présents.

    • Organisation de l’Arcane XIII 7 mai 2008 12:14, par Didier

      Psychopompe : c’est le tout venant des adoptés, servant l’arcane au mieux de leurs capacités.

      Passeur : en dehors de leur titre, rien ne distingue les passeurs des adoptés ordinaires. Distinction récompensant un service hors du commun ou une avancée magique significative. Ce titre n’entraîne ni responsabilité, ni privilèges particuliers.

      Assesseur : ce sont normalement des Sélénim qui sont fidèles à l’arcane depuis assez longtemps pour qu’on leur confie la responsabilité d’un hypogée. En pratique, on trouve souvent de simples adoptés à la tête d’un hypogée par manque de personnel. Les Baals leur confient des responsabilité supplémentaires : surveiller les Templiers locaux, détruire une cellule myste, influencer les autorités humaines dans un sens favorables aux Baals.

      Juge des enfers : chacune des 4 branches de l’arcane possède 3 juges, qui servent de conseillers et de garde rapproché à l’un des Baals. Traditionnellement, ils portent le nom de Minos, Eaque et Rhadamante. Les 12 juges des enfers actuellement en activité forment une micro-société à part entière , avec ses haines, ses amitiés et ses complots.
      Le Minos est traditionnellement un Sélénim violent, tourné vers la destruction et la mort. Chacun des 4 Minos a sa personnalité et ses préférences, mais ils sont tous capables de défendre « leur Baal » contre à peu près n’importe quoi, y compris les autres membres du conseils.
      L’Eaque est un médiateur et un messager, voué à apaiser les tensions, se réunissent souvent entre eux pour préparer les rencontres du conseil.
      Le Rhadamante est toujours un magicien, son art magique de prédilection dépendant du Baal pour lequel il travaille, mais ils sont tous plus qu’accomplis (80 à 100 % dans la compétence magique appropriée).

      Il existe 4 branches au sein de l’arcane désignant 4 voies différentes :
      Les Charons orientés vers la Nécromancie
      Les Musiciens de l’âme tournés vers la Pavane (joueur de flûte)
      Ceux qui engendre des lamies préférant la Kabbale Noire
      Les Voix de l’ombre (une trentaine), ambassadeurs ayant 3 buts : pourchasser le culte de Lilith, surveiller les Sélénim indépendants et dissiper les malentendus avec les arcanes majeures.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette